Photos de présentation
"De la Coleen d'Urok"
élevage familial d'Alaskan Malamutes
Guizmo, étalon disponible pour saillie depuis la page contact
Logo De La Coleen d'Urok
Numéro d'affixe : 72751
Numéro d'éleveur : 651428
Page en Français Page en Anglais

Notre page Facebook :
f : De La Coleen d'Urok
Description Générale | Le standard | Exemples & couleurs |La FAQ | Liens Web
Guizmo | Ilannaq | Coleen | Cazan | Urok | Oxane |Grizzly | Webcam | Photos & calendriers
Notre philosophie d'élevage | La portée 2011 | La portée 2012 | La portée 2013 | La portée 2015
Le Blog | Le traineau | Le VTT | Les randonnées | Les promenades | L'Histoire de notre élevage
Les débuts | Les différents types | L'histoire de notre élevage
Les pedigrees de nos chiens | L'arbre généalogique des Malamutes du Monde | Soumettre un pedigree | Arbre des descendants d'un chien | Aperçu du pedigree d'une future portée

Les différents types de Malamute d'Alaska

Le type "Kotzebue"

Le type "Kotzebue"

Arthur Walden

Arthur Walden - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

Son association avec les Malamutes commença quand Arthur quitta sa résidence de Wonalancet, New Hampshire, pour l'Alaska avec pour seule compagnie son chien, shirley, de race colley. En vivant dans les territoires du Yukon, il se rendit compte que le transport de marchandises à l'aide de chiens de trait était largement profitable financièrement et il devint rapidement un respectable conducteur de traîneau. Cependant, Shirley, son colley, souffrait sévèrement du froid, et ainsi Walden fit un retour rapide dans le New Hampshire pour la laisser à sa femme Kate.

Après son retour vers le Yukon, il se rendit compte que la Ruée vers l'Or avait causé de grands changements. Les gens étaient partout, et la petite ville de Dawson s'était transformé en cité où la vie et la propriété étaient à surveiller de prêt. Déçu de la tournure de ces événements, Arthur Walden finalement retourna chez lui pour se marier avec Kate en 1902.

Il découvrit que les bois du New Hampshire était très bien adapté pour faire du chien de traîneau et il attela ses chiens croisés St Bernard à un traîneau pour offrir des promenades aux gens du secteur et aux invités de son auberge. Walden avait beaucoup de races dans son attelage, incluant quelques chiens de types Husky, mais il cherchait une race ultime qui aurait de l'endurance, de la force, une puissance formidable et une nature amicale.

En 1917, un croisement de son mâle "Kim", un croisé St Bernard, avec "Ningo", une chienne directement descendante de "Polaris", le chien de tête de l'Amiral Peary, lui donna 3 chiots de couleur jaune. Walden appela un de ces chiots "Chinook". Grace à sa taille, à sa puissance, à sa force, et à son intelligence, Walden, décida que Chinook serait le point de départ de sa lignée de chiens de traîneau. Il croisa des femelles qui avaient des ancêtres de Bergers avec Chinook et utilisa uniquement les chiots de couleur beige comme le père, pour continuer sa lignée. Comme la progéniture de Chinook était entraînée à tirer, Arthur et ses chiens, avec Chinook comme leader, commencèrent à promouvoir les chiens de traîneau et les courses de chiens de traîneau à travers la Nouvelle Angleterre.

Chinook - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska


Quand Arthur attendit parler d'une expédition au pôle sud en 1927, le désir d'explorer fût trop fort. A 56 ans, il était trop âgé, mais lui et Chinook prirent le train pour Boston pour rencontrer le Commandant Richard E. Byrd. Il quitta cette réunion comme conducteur et entraîneur en chef de la première expédition de Byrd.

Arthur Walden et les Seeley
Eva Seeley - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska Milton Seeley - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

Pendant qu'elle était en train d'aider à organiser le carnaval d'hiver de sa ville en 1923, Eva Brunelle (avant de devenir madame Seeley) tomba sur un article de journal parlant de l'attelage Chinook à Gorham, pour le carnaval d'hiver du New Hampshire. Elle décida que c'était justement l'attraction dont le carnaval de Worchester avait besoin et rapidement, elle s'arrangea pour que 2 attelages y fassent une apparition. Un de ces attelages était celui de Arthur Walden.

Quand ce fût son tour de faire du traîneau sur le cours de golf recouvert de neige, Eva était dans le traîneau de Walden. Soudain, les chiens virent un chat et "décollèrent". Walden renversa le traîneau pour les stopper, se blessa à la main, et était très inquiet pour sa passagère. Son inquiétude était infondée, la petite Eva était absolument enchantée. Arthur Walden, ne renversa pas seulement son traîneau, mais il renversa le cours de la vie des Seeley.

Attelage de Chinook - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

Avant et après leur mariage, Eva et Milton Seeley se rendirent fréquemment à l'auberge des Walden. Souvent ils lui portèrent assistance en organisant des sorties de traîneau de nuit et des dîners spéciaux. Ils passèrent même leur lune de miel à l'auberge en 1924. Arthur leur donna Nook, un fils de Chinook.

Plusieurs années plus tard, quand il fût à New York pour faire un discours à un événement de charité, Arthur Walden rendit visite aux Seeley. Quand il apprit que Milton Seeley avait des problèmes de santé et qu'il était forcé de prendre du repos pendant l'hiver, Arthur persuada le couple de venir dans son auberge. La préparation pour la première expédition en Antarctique de Byrd était largement avancée, et Walden voulait quelqu'un pour s'occuper du chenil quand il serait parti pour l'Antarctique.

La soixantaine de chiens de type Chinook de Walden ne suffiraient pas pour l'expédition, et donc des chiens additionnels devaient être trouvés. De nouveaux chiens furent apportés d'Alaska par des visiteurs à l'élevage Chinook et parmi eux, une autre légende des courses de traîneau, Alan Alexander "Scotty" Allen. En triant les chiens, il appela Eva Seeley, et lui montra 2 chiens qui étaient plus larges que les Huskies de Sibéries. Et il lui dit : "C'est ce à quoi devrait ressembler les larges chiens de traîneau d'Alaska."

Eva fût particulièrement attiré par un chien appelé "Rowdy". Allen l'avait acheté à un couple de Nome qui l'avait trouvé et qu'ils croyaient volé. Bien que ce soit leur animal de compagnie, le chien avait une expérience du traîneau et il était un bon équipier avec les chiens bagarreurs car il était doux et gentil.

Rowdy Of Nome - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Rowdy Of Nome"

En plus de Rowdy, l'expédition de Byrd prit avec lui, "une douzaine de larges chiens de trait ressemblant à Rowdy" ce qui fit penser aux Seeley que de tels chiens existaient en tant que groupe voir en tant que race. Eva fût fascinée par ces gros chiens dont le gentil tempérament contrastait avec son apparence de loup. Avec cette introduction, l'idée du Malamute d'Alaska comme une race naquit.

Amiral Byrd - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

Les premiers Malamutes étaient nés
Avec le départ de Walden pour l'Antarctique, les Seeley commencèrent à chercher d'autres exemplaires de larges chiens de traîneau. Leurs engagements dans le traîneau les mirent en contact avec d'autres personnes actives dans l'élevage et les courses avec des Huskies de Sibérie. Pendant une visite au chenil "Poland Springs" d'Elisabeth Nansen, les Seeley rencontrèrent par hasard "Yukon Jad", un chien de Dawson. Avec comme parents "Grey Cloud" et "Pearl", le chien est né en Avril 1927 et a été élevé par Franck Gough. "Grey Cloud" appartenait à un autre couple de Dawson, Franck et Laura Berton. Vendu comme un animal de compagnie, "Jad" arriva chez Leonhard Seppala quand ces nouveaux propriétaires le laissèrent pour un long voyage en Europe. Parce que maintenant il ne faisait que des courses et qu'il n'élevait seulement que des Huskies de Sibérie avec Madame Nansen dans son élevage, Seppala n'avait pas d'intérêt dans ces chiens de fret trop lents. Sachant que les Seeley s'y intéressaient, il leur donna "Yukon Jad".

"Jad" fût le mâle des premiers Malamutes Chinook, il était un chien fort, de couleur gris-loup. Comme "Rowdy", ses oreilles droites sont attachées assez bas sur la tête et sa fourrure dense, sa queue en forme de plume, et son dos puissant, fit de lui le type de chien que les Seeley voulaient élever.

Yukon Jad - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Yukon Jad"

Avant son départ, Arthur Walden donna aux Seeley une femelle, "Bessie", dont les ancêtres sont inconnus. Son premier propriètaire avait dit à Walden qu'il l'avait acheté à un habitant de l'Alaska. Bien qu'elle soit petite avec 25 kilos, "Bessie" illustra bien le type de chien lourd de trait. Elle avait la fourrure caractéristique du Malamute qui est plus dense que celle d'un Husky, mais pas comme la fourrure du type "ours" comme les chiens esquimaux. Bessie était grise avec les pattes blanches et un masque léger. Eva Seeley admirait particulièrement "sa large tête, ses oreilles droites, et ses EXCELLENTES pattes pour la neige".

Les Seeley croisèrent "Yukon Jad" avec "Bessie" qui produisirent la première portée de Malamutes d'Alaska comme une race à part entière, en 1929. Les 4 chiots furent d'un genre remarquable comme on les attendait, et furent nommés : "Tugg of Yukon", "Gripp of Yukon", "Finn of Yukon", et "Kearsarge of Yukon". "Tugg" fût perdu, et "Keasarge" mourut dans la seconde expédition en Antarctique.

"Gripp of Yukon" concourut sur le ring des shows et devint le premier Malamute d'Alaska champion, mais il fût un travailleur et pas juste un chien de "beauté". "Gripp" vécu jusqu'à l'âge de 16 ans. Eve Seeley disait qu'elle aimait "sa tête large, ses oreilles bien portées, et sa fourrure dense et épaisse. Il ressemblait juste à ce que nous pensions qu'un Malamute devait être".

Gripp Of Yukon - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska Eva Seeley, Gripp, Finn et Kearsage of Yukon - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska Finn et Kearsage of Yukon - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
de Gauche à droite : Gripp of Yukon (pedigree), Finn of Yukon, Kearsage of Yukon, et Eva Seeley

La reconnaissance par l'American Kennel Club
Leurs rencontres avec "Rowdy" et "Yukon Jad", si similaire dans le type et la fonction, inspirèrent le rêve des Seeley d'une race Américaine - Le Malamute d'Alaska. L'acquisition de "Bessie" et la portée par "Jad", furent les premiers pas de l'accomplissement de ce rêve.

Les Seeley approchèrent le président de l'Américan Kennel Club (AKC), Charles Inglee, à propos de la reconnaissance de la race. L'AKC argumenta que ces chiens étaient juste une variante des chiens Eskimo et il envoya plusieurs personnes pour voir "Bessie" et la comparer avec les chiens Eskimo. Pour convaincre encore plus l'AKC que la race existait actuellement en tant que telle, les Seeley se garantirent d'un certificat de l'éleveur de "Jad", Franck Gough, établissant que le chien était un Malamute d'Alaska et fournissant un pedigree signé à 2 générations. Les deux races furent jugées suffisamment différentes pour garantir à Bessie un essai de portée avec "Jad".

Charles Inglee expliqua que l'AKC voulait donner une reconnaissance seulement à titre de tentative. Des chiens de qualité uniforme devront être montrés dans les différentes classes jusqu'à ce qu'un nombre suffisant soit enregistré avec leurs parents pour mériter que l'AKC ouvre un livre des origines pour cette race. Pour provoquer l'intérêt de la race et éduquer le public et les juges, il suggéra qu'au moins 6 chiens soit présents dans tous les shows possibles pour exhibition uniquement.

En gardant ce conseil en mémoire, les fans de Nordiques se regroupèrent et présentèrent 7 chiens, des Alaskan Malamutes, des Huskies de Sibérie, et des Samoyédes pour exhibition au fameux Morris et Essex Show. Cette exposition remporta un grand intérêt pour ces races.

Parce qu'une grande partie de l'histoire des débuts de la race s'articule autour des Seeley, le fait de penser l'inverse peut sembler tout à fait naturel, mais le travail des Seeley était la fourniture et l'entrainement de chiens de traîneau. A cette fin, ils achetèrent et élevèrent tout type de chiens pour le travail du traîneau, et pas seulement des Malamutes d'Alaska. La valeur des chiens pour les expéditions était basé sur leur habilité et les Seeley avaient un but pour chaque chien de travail qu'ils produisaient, sans tenir compte du pedigree. Leur intérêt pour l'aspect pure race de leurs chiens venait après.

Comme résultat, les lignées produites dans le cadre de leur travail étaient souvent distinctivement différents des lignées produites pour faire reconnaître le Malamute d'Alaska comme une race. Cette différence se tenait dans leurs enregistrements des chiens; les chiens croisés ne furent jamais enregistrés ou utilisés pour les shows ou pour la reproduction. Même à l'intérieur de leur lignée de Malamute, seulement les chiens qu'ils considéraient représentatifs de la race furent utilisés pour la reproduction, et ils ne pouvaient même n'être jamais enregistrés si leurs portées n'étaient pas assez bonnes pour le type.

Un exemple de ces pratiques fût l'accouplement de "Holly" avec le Champion "Gripp of Yukon". Née en Antarctique, "Holly" était une chienne vétéran de l'expédition géologique qui retourna au chenil "Chinook". "Gripp" était un fils de "Yukon Jad" et de "Bessie". Leur portée est née le 1er Juin 1932, mais les Seeley n'ont enregistré aucun des chiots bien qu'ils gardèrent un chiot, "Akeela of Kotzebue" pour la reproduction.

Eva Seeley décrivait "Akeela" comme étant un "bon type" de Malamute; Grise et blanche avec des yeux marrons et des marques de masque sur une large tête avec un port d'oreille à mi-hauteur. Elle avait une fourrure dense et une queue en forme de plume. Comme sa mère, "Akeela" était petite, pesant à peu près 25 kg, gentille et intelligente. Son accouplement avec "Rowdy" produit "Taku of Kotzebue", une importante femelle pour le chenil "Chinook".

Le pedigree de "Taku of Kotzebue"

Une autre femelle importante pour les débuts de l'élevage des Seeley fût aussi nommée "Taku". Lourdement charpenté, noir-gris, "Taku" était large pour une femelle. Elle avait une excellente tête avec un masque. Son pedigree montre qu'elle fût accouplée avec "Yukon Jad". Elle fût une des chiennes parmi d'autres du chenil "Chinook" envoyée dans la seconde expédition de Byrd, c'est pourquoi elle fût appelée "Antarctica Taku" (ou "Taku of Antarctica, suivant les sources).

Le pedigree de "Antarctica Taku"

Avec la première expédition de Byrd, les Seeley étaient débordés. Pendant les préparatifs de la deuxième expédition de Byrd, ils étaient plus expérimentés et purent donner plus d'attention à leurs Malamutes. Ils avaient besoins de plus de chiens, et ainsi ils envoyèrent des lettres aux résidents du Canada et de l'Alaska, aussi bien qu'au explorateurs et aux voyageurs dans ces zones. Des correspondances et des discussions avec ces gens, ils affinèrent leur image du Malamute d'Alaska idéal.

Dans un temps incomparativement court, les Seeley furent capable de développer une lignée qui produisit un type de chien uniforme. L'essentiel pour arriver à cette fin, fût une sélection attentionnée dans le stock des accouplements possibles, en se servant uniquement des chiens similaires en apparence et avec une stricte évaluation de la progéniture.

Le fait le plus important pour prouver à la fois les choix des Seeley et la qualité de leur Malamute d'Alaska fût la participation de leurs chiens à plusieurs expéditions. Ceci fournit à la fois la preuve par le terrain de la capacité des chiens au travail et de la méthode de sélection sans compromis ou sentiment.

Quand les portées démontraient une uniformité de type, les chiots étaient enregistrés. Quand les chiots montraient une variation de type, ils n'étaient pas enregistrés bien que le mérite d'un chien particulier ait pu être retenu pour des accouplements. Appliqué de façon répétitive, ce critère de sélection eu pour résultat une lignée d'un grande force génétique, facilement reconnaissable comme celle des Seeley.

Une fois adulte, les chiots de "Antarctica Taku", de "Cleo", et de "Wray" furent accouplaient chacun une fois seulement; "Wray" avec "Gripp of Yukon" qui produisirent "Pandora of Kotzebue"; et "Cleo" avec "Yukon Blizzard", un fils de "Yukon Jad" et "Bessie" pour produire "Kotzebue Cleopatra". Ils furent les parents de "Toro of Bras Coupe", un des géniteurs fondateurs de la race. Une étude de leurs pedigrees montre comment ces premiers chiens furent fortement mélangés pour produire un chien avec des fortes capacités génétiques.

Toro Of Bras Coupe - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Toro of Bras Coupe"

Les Seeleys finalement choisirent "Kotzebue" comme le nom de leur élevage de Malamutes. Les chiens qui servirent avec Byrd avaient "Antarctica" comme nom d'élevage, parfois avant, parfois après le nom. A partir de 1950, Eva Seeley choisit de manière plus régulière de mettre le nom de ses Malamutes avec "Kotzebue" comme préfixe et "of Chinook" comme suffixe.

Le type M'Loot

Le type M'Loot

La reconnaissance offerte à Eva Seeley par l'American Kennel Club (AKC) a fait d'elle l'autorité finale de la manière dont doit être constitué un Malamute d'Alaska. Tous les Malamutes d'Alaska enregistrés par l'AKC avant 1950 furent des chiens "Kotzebue", les descendants des chiens de Seeley du chenil "Chinook". Cependant, ils n'étaient pas les seuls chiens reférencés comme Malamutes ou considérés tel par leurs propriétaires. Beaucoup de ces gens s'étaient procurés leurs chiens auprès de Paul Voelker, ce qu'il avait appelé "Alaskan Malemutes" pendant des années.

Pendant la Ruée vers l'Or, le père de Paul, Georges Voelker, complétait ses revenus de bucheron en achetant des chiens classiques et en les envoyant en Alaska. Paul passa une bonne moitié de sa vie à élever et entraîner des chiens et d'autres animaux. Bien qu'il ait travaillé avec beaucoup de races, de son propre aveu, Paul étaient toujours à la recherche de quelques choses d'autres. Il le trouva, ironiquement, dans les chiens natifs de l'Alaska, que les exportations de chiens de type européen de son père avaient presque supplantés.

Dans le même temps que les Seeley étaient en train de faire l'acquisition et d'élever des chiens pour établir leurs Malamutes "Kotzebue" au chenil "Chinook", Voelker était en train de faire l'acquisition de chiens pour son élevage "M'Loot" à Marquette dans le Michigan. Ces "Malemutes", comme Voelker les appelait, venaient de beaucoup de sources, en incluant des équipages vendus à Hollywood pour être utilisés dans des films. Il voyage aussi jusqu'en Alaska et ramena des chiens. Une couple de chiens, "Dude's Wolf" et "Dodge's Lou", il en fit l'acquisition auprès de l'armée au camp de Rimini dans le Montana.

Paul Voelker - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

En 1930, il obtint quelques chiens de Charles Nickerson qui avait déménagé du New Hampshire vers Duluth dans le Minnesota. Parmi ceux-ci, il y avait des "Mackenzie River Huskies". 2 autres femelles qui avaient été mis au monde par un chien Eskimo blanc de "Churchill" du Manitoba, furent obtenu de Mike West de "Hovland" au Minnesota.

Les chiens M'Loot de Voelker étaient quelque peu différents des Malamutes qui pouvaient être élevé au chenil de Chinook. Il acceptait une plus grande variété de chiens arctiques pour son stock de reproducteurs que ceux qu'acceptait les Seeley et au lieu de vendre localement, son marketing promotionnel fournissait des chiens à travers le pays de la Floride à Seattle et de Nova Scotia à la Californie.

A coté de Voelker lui-même, plusieurs élevages furent formés avec des chiens clés de la lignée M'Loot, en les utilisant comme stock fondateur de leur programme d'élevage. Derrière beaucoup de ces chiens, il y avait le résultat des accouplements réalisés par Voelker des deux chiens du Camp Rimini, "Dude's Wolf" et son arrière-grand-mère, "Dodge's Lou". De là, sorti "Fox"; "Smoke", détenu par Earl Hammond; et "Gentleman Jim", détenu par Angel Pelletier.

Gentleman Jim - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Gentleman Jim"

"Gentleman (parfois Gentlemen) Jim" a une influence particulière sur les pedigrees modernes. Parmi les chiots de "Jim" il y eut "Tora" et une femelle nommée "Lucky". "Tosha" et "Jim" produisirent une femelle appelé "Tonga", qui n'eut pas assez de points pour l'enregistrement avant que le livre des origines soit fermé. Comme "Wolf" et "Lou", un autre couple géniteur souvent vu comme la colonne dorsale des vieux pedigrees, est composé de "Silver King" et de "Silver Girl", dont la progéniture inclue la femelle "Noma".

Noma - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Noma"

Des différents accouplements de Voelker, vint "Mikiuk", un chien qui eut une grande influence sur les premiers M'Loot. Il appartenait à Ralph et Marchetta Schmitt de Pewaukee dans le Wisconsin. Ils possédaient ou utilisaient beaucoup de chiens M'Loot qui peuvent encore être tracés dans les pedigrees d'aujourd'hui. Les chiens de leur élevage "Silver Sled" apparaissent encore dans les pedigrees d'aujourd'hui.

Mikiuk - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Mikiuk"

L'accouplement de "Mikiuk" et de "Noma" fût historique, produisant deux champions d'importance, "Mulpus Brook's Master Otter" et la première championne femelle dans la race la grande "Ooloo M'Loot". Ils étaient élevés par Voelker et les Schmitt, et la propriété des Schmitt. La très aimée femelle "Chitina", élevé par E. Traphagen et possédée par Kenneth Smith fût produit par un autre couple important "Schmoos (M'Loot)" et "Tora".

Mulpus Brook's Master Otter - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Mulpus Brook's Master Otter"

Ooloo M'Loot - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Ooloo M'Loot"

Nanook (Nahnook) fût un chiot de "Fox". L'influence de "Nanook" fût étendu par son fils "Nanook II". La lignée de "Dodge's Lou" et de "Kazan" continua d'établir le type M'Loot. "King M'Loot", le demi-frère de "Nanook", ayant aussi "Fox" comme père, fût un des premiers M'Loot champion, et il produisit "Zorro of Silver Sled" avec "Tosha of Sliver Sled".

King M'Loot - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de King M'Loot


Quand les Schmitt croisèrent "Nanook" avec "Ooloo", l'accouplement produisit à la fois le Champion "Nanook II" et la Championne "Gyana". Un accouplement consanguin de "Nanook II" avec une de ses filles produisit "Silver Sled Cabara" et "Pancho". Les progénitures de combinaisons variés de ces premiers M'Loot devinrent les chiens fondateurs de plusieurs chenils postérieurs. Ces lignées furent entrelacées avec d'autres souches pour fournir beaucoup des Malamutes d'aujourd'hui.

Gyana et Nanook II - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de Gyana et de Nahnook II


Le pedigree de "Silver Sled Cabara" et "Pancho"

"Moosecat M'Loot" devint un géniteur fondateur pour plusieurs chenils, en incluant les "Husky-Pak" et "Red Horse". Une de ses soeurs étaient "Cheechako M'Loot".

Moosecat M'Loot - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Moosecat M'Loot"




Le type "Hinman-Irwin"

Le type "Hinman-Irwin"

Beaucoup des gens qui sont retournés chez eux après avoir vécu en Alaska, ramenèrent un chien spécial de leur équipage avec eux. Bien que certains de ceux-ci furent des Malamutes, beaucoup passèrent leurs vies comme des compagnons et ne furent pas signifiants pour la race comme reproducteur. Une exception notable furent les quelques chiens que possédaient Dick Hinman et Dave Irwin, référencés maintenant comme la lignée "Hinman-Irwin".

Robert Zoller commença à chercher des Malamutes d'Alaska en visitant l'élevage de "Chinook". Au même moment, Dick Moulton était au chenil. Après avoir vu les chiens, Zoller dit à Moulton que, bien qu'ils les aimaient, ils trouvaient les Malamutes "Kotzebue" trop petits. Moulton l'envoya voir Dick Hinman. De cette rencontre avec Hinman, Zoller écrivit : "Dick Hinman était coiffeur et quand je suis aller le voir, il était en plein milieu d'une coupe. Il n'y avait pas beaucoup de gens avec des Malamutes en ces jours, et je pense qu'il était très content de parler à quelqu'un de ces chiens. Il m'envoya derrière chez lui vers son chenil où il avait ses deux chiens. Il y avait 2 des plus impressionnants Malamutes que j'ai vu de ma vie. Ils étaient enchaînés et je savais que c'était ce que je pensais qu'un Malamute devait être. Hinman avait une portée et il me dit qu'un des chiens était le géniteur de la portée et que l'autre était le grand-père. "

Robert Zoller - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska

Le père de la portée était "Hinman's Alaska" et le grand-père était "Irwin's Gemo" (aussi vu dans les pedigrees comme "Erwin's" et "Gimo" ou "Chimo"). Les parents de Gemo's, "Igloo" et "Lynx" furent ramenés du lac "Baker" du Canada par David Irwin.

Comme beaucoup de chiens qui finirent au New England, "Gemo" travailla comme un chien de rechange dans un équipage, possédé par Craig Burt. Dick Hinman conduisait l'équipage quand il n'était pas occupé par son métier, et il utilisait "Gemo" pour les accouplements. Plus tard, "Gemo" fût vendu à Lowell Thomas, un fameux écrivain et aventurier.

Zoller estimait que les chiens "Hinman-Irwin" se comparer plus favorablement aux chiens à la fois des Seeley et de Voelker. Même si les chiens "Hinman-Irwin" étaient similaires à chacun d'eux, ils étaient encore légèrement différents des M'Loot et des Kotzebue. Ces chiens contribuèrent à ajouter un trait supplémentaire de qualité aux programmes d'accouplements de beaucoup d'élevage. Un fait particulièrement signifiant, fût l'accouplement de "Irwin's Gemo" et de "Hinman's Sitka", qui produisirent "Kiska". Ses deux fils, "Hinman's Alaska" et le champion "Spawn's Alaska", devinrent les chiens fondateurs de plusieurs élevages importants.

Les chiens "Hinman-Irwin" furent souvent référencés comme la "troisième lignée", les autres étant les Kotzebue et les M'Loot. Cependant Robert Zoller les qualifia en disant "comme une troisième lignée". Il s'empressait d'accentuer les mots "comme", puisque trop peu de chiens furent élever pour justifier de les identifier comme une lignée.

Spawn's Alaska - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les débuts - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Le pedigree de "Spawn's Alaska"



Les nouvelles directions

Les nouvelles directions

Dans les années 50, l'American Kennel Club devint inquiet de la décroissance des Malamutes d'Alaska enregistrés. Les rangs de l'élevage de Chinook avaient été dépeuplés par la seconde guerre mondiale. L'intérêt d'Eva Seeley pour la race l'a empêché de vendre sans discrimination son stock de géniteurs, ainsi seulement une poignée des Malamutes enregistrés étaient en dehors du chenil. Elle avait très peu de chiens, mais c'était vrai pour la plupart des chenils.

Se procurer des chiens de l'Alaska n'était plus une possibilité viable. La rafale d'invention et d'innovation qui sortirent après la guerre a eu un effet profond sur les chiens natifs de l'Alaska. La réelle menace d'invasion Japonaise a rendu nécessaire un système de routes pour atteindre les bases militaires. Beaucoup de celles-ci furent construites sur les vieux chemins des transporteurs de courrier qui liaient les villages isolés de l'Alaska et du Canada. Tout comme les routes remplacèrent les chemins des traîneaux, les camions, les trains, et les moto-neiges graduellement remplacèrent les robustes chiens de trait qui les avaient traversées. Comme résultat, la population native des chiens commença à décroître.

Malgré les avancées des transports motorisés, les bases polaires continuèrent le service avec les chiens pour la recherche, le sauvetage et occasionnellement le traîneau. Bien que ce soit pour des louables services, un chien en Antarctique ou dans une station météo n'était pas disponible pour des accouplements aux USA.

Quand le stock de base des Malamutes d'Alaska enregistrés descendit à une trentaine de chiens, l'American Kennel Club re-ouvrit le livre des origines pour des enregistrements supplémentaires. Beaucoup des membres de l'Alaskan Malamute Club of America (AMCA) et bien sûr Eva Seeley, furent au courant que d'autres personnes possédaient des chiens non enregistrés qu'ils appelaient Malamutes, mais aucun des membres de l'AMCA considéraient ces chiens représentatifs de la race. Ils eurent naturellement du ressentiment et de l'amertume contre cette action de l'AKC.

De l'autre coté, les possesseurs de ces chiens M'Loot ou Hinman-Irwin furent enchantés. Ils considéraient leurs chiens comme des vrais Malamutes d'Alaska, et ils attendaient impatiemment la confirmation de leur certitude. Dans cette optique, la politique des nouveaux enregistrements prouvèrent que leurs chiens étaient suffisamment bons, sinon meilleurs, que les chiens Kotzebue puisque leurs enregistrements avait du être gagnés et non accordés par juste l'autorité d'une personne.

Pour gagner l'enregistrement, les nouveaux venus devaient payer une taxe additionnelle et devaient présenter dans des shows les chiens non enregistrés jusqu'à ce qu'ils obtiennent 10 points. Le propriétaire alors, pouvait demander l'application de l'enregistrement en envoyant une photo du chien de face, de dos, et de coté. Bien qu'aucun des chiens possédés par Paul Voelker, Dick Hinman, ou Dave Irwin ne furent enregistrés, beaucoup de gens qui avaient acheté leurs chiens ou reproduit depuis leurs chiens, réussirent à gagner une place dans le livre des origines.

Après les années 50, l'Alaskan Malamute commença à évoluer vers un mélange de Kotzebue et de M'Loot avec un zeste de Hinman-Irwin pour relever le tout. La diversité des M'Loot contesta l'uniformité des chiens Kotzebue. Après une période d'ajustement, les chiens additionnels renforcèrent et sécurisèrent la race.

Non seulement les propriétaires de M'Loot commencèrent à se présenter à des shows, mais ils commencèrent aussi à rejoindre le club national. Ils voulaient pouvoir rajouter leurs vues dans la race, ceci plaça le camp des Kotzebue sur la pente du dilemme. Eva Seeley et ses supporters furent un peu perturbés par l'envahissement des M'Loot. Au mieux, ils les considéraient incorrects; au pire, comme une autre race. Ils n'étaient sûrement pas intéressé pour partager leur race avec des intrus.

D'un autre coté, ils étaient déterminés à obtenir le statut de membre de l'AKC pour l'AMCA, si ce n'est pour d'autres raisons que d'éviter les surprises telle que la ré-ouverture du livre des origines. Un des éléments pour obtenir le statut de membre, était d'avoir un club viable et en expansion, mais les fichiers de l'AMCA grossissaient trop lentement.

Bien que l'affrontement continua pendant plusieurs décennies, le nombre de membres continua de grandir. Des nouvelles personnes entrèrent dans la race, montrèrent leurs chiens et rejoignirent le club national. Certains restèrent avec leur type originel de chiens, mais d'autres se diversifièrent en essayant de nouvelles combinaisons. Parmi ces innovateurs, il y eu l'élevage Husky-Pak de Zoller. Ses combinaisons de plusieurs lignées commença le processus qui changera finalement la forme de la race.

Pendant la guerre, le jeune officier de la marine Robert Zoller fût très impressionné par un chien qui vit à Argentia, au New Foundland. Il était dit que c'était un Malamute d'Alaska. "J'étais fasciné par son apparence de fierté et de puissance, tout en ayant des dispositions à la gentillesse comme un chien qui se doit." Plus tard, sa femme Laura et lui découvrirent que le Malamute était une race reconnue par l'AKC. Ils retinrent les noms de quelques éleveurs, et c'est comme ça que Robert finit par parler à Dick Moulton et par rendre visite à Dick Hinman.

Zoller fût très impressionné par les deux chiens qu'il rencontra à ce moment là, "Irwin's Gemo" et son fils "Hinman's Alaska". Les voir le convainquit d'acheter un petit de la nouvelle portée, "Kayak Of Brookside".

Les Zoller décidèrent qu'ils avaient besoin d'un second chien pour garder une compagnie à l'actif "Kayak". Parmi les choix, ils hésitèrent entre une femelle M'Loot de Seguin dans le Texas, née de "Moosecat M'Loot" et de "Eyak", (une soeur de "Mikiuk" et "Tosha"), et un couple renommé pour leur qualité dans les shows, tout deux du chenil de "Hazel Wilton's".

Comme ils n'arrivèrent pas à se mettre d'accord, ils décidèrent finalement d'acheter les trois chiens. Les chiens devinrent "Husky-Pak Mikya of Seguin", "Apache Chief of Husky-Pak" (dit Geronimo) et "Artic Storm of Husky-Pak", respectivement. Tout leurs enregistrements furent achevés au cours d'expositions.



Les Zoller croisèrent "Kayak" une fois avec "Mikya" et "Artic Storm", qui était un soeur de "Spawn's Alaska". La portée de "Mikya" ne fût pas aussi satisfaisante que prévue, mais la portée "B" de "Artic Storm" apporta "Buccaneer", "Black Hawk", et "Banshee", et tous devinrent Champions.



"Geronimo" devint meilleur de race la première fois qu'il défila sur le ring d'un show. Il était un géniteur aussi accompli que possible, en produisant 3 champions dans chacune de ses 3 portées, ce qui est un résultat impressionnant pour n'importe quel chien.

Bob Zoller était aussi bien au courant des différences entre les chiens "M'Loot" et les "Kotzebue", que de la rivalité forte entre les 2 camps qui en ces temps se développait en antagonisme. Ces premiers chiens étaient définitivement plus du type M'Loot dans l'apparence. "Geronimo" mesurait 27 pouces (68 cm) au garrot, et pesait 115 livres (52 kg), très loin des plus gros "Kotzebue".

Zoller vit des vertus dans les 2 types de chiens "M'Loot" et "Kotzebue". Bien sûr, il estima que les 2 types avaient leurs défauts majeurs; ils se sont positionné sur des opposés extrêmes. "Les chiens M'Loot ne ressemblaient pas du tout aux chiens Kotzebue. Ils étaient si différents. Les Kotzebue étaient un peu trop courts et ramassés, je pensais". Bien qu'ils eussent des éléments très bons comme l'arrière train, la tête, le museau, et le positionnement des oreilles, quelques un étaient trop large de l'avant comme un bulldog, avec comme résultat l'impression de sortir des épaules.

Un autre élément positif pour les Kotzebue était la façon que les Seeley avaient fixé leur type. Comme Zoller le disait : "Ils étaient un peu plus les uns COMME les autres; plus typiques et plus fixés".

D'un autre coté, les M'Loots étaient beaucoup plus larges et souvent trop longiligne. Filiforme en apparence, beaucoup avaient de bons antérieurs, mais de mauvais postérieurs en forme de jarrets de vache, un manque d'angulation, et ce que Zoller appelle un arrière "carré". Ce qui donnait à certains d'entre eux une déambulation guindée.

Les deux lignées variaient aussi dans leurs tempéraments. Les Kotzebue étaient moins enclin à se bagarrer et s'arrêtaient plus facilement s'ils se battaient.

Bien que Zoller fût très heureux de commencer avec des chiens "Hinman/Irwin", il signala rapidement que Hinman, Irwin et Voelker étaient assez différents dans leur approche pour élever des chiens par rapport aux Seeley. Des trois premiers, il disait qu'il semblait qu'ils n'étaient pas "le type de gars qui avaient une réelle approche étudiée des chiens, de leurs histoires, de leurs ancêtres ou de la reproduction, et du reste. C'était comme s'ils étaient des gars qui avaient juste eu accidentellement un chien, ou deux ou trois".

Il crédita la présence des chiens "Hinman/Irwin" dans ses pedigrees qui donnait un peu de contre-balance aux M'Loots et qui faisait un meilleur chien au final. En plus, il admira l'allure des Kotzebue et il chercha activement un chien à utiliser dans ses reproductions.

Quelqu'un, il pensa qu'il s'agissait de Roy Truchon de l'élevage "Roy-El Kennels", lui écrivit disant qu'il avait vu le chien que Zoller avait besoin avec des manutentionnaires dans le Nebraska. Par coïncidence, les Zoller avaient déjà refusé d'acheter le chien pour la même raison qu'ils avaient refusé d'acheter le champion "Spawn's Alaska" - trop de mâles. Le chien était "Toro of Bras Coupe", et Zoller écrivit à Earl Norris et il fit venir le chien pour l'accoupler avec "Artic Storm".

Cet accouplement fût un sorte de déclic, ce qui arrive souvent avec deux chiens de différents lignées qui sont accouplés ensembles. Un de six chiots ne fût jamais présentés, le reste arriva dans les finales de championnats avec un record de shows qui est encore très enviable : le champion "Cliquot of Husky-Pak", la championne "Cheyenne of Husky-Pak", le champion "Cochise of Husky-Pak", le champion "Comanche of Husky-Pak" et le champion "Cherokee of Husky-Pak".



Malheureusement, à la fois "Artic Storm" et "Comanche" contractèrent la maladie de Carré dans un show et moururent. Cette tragédie laissa les Zoller sans partenaire de reproduction pour "Toro", mais il avait le frère de "Artic Storm's". Pour essayer la même chose à l'inverse, les Zoller achetèrent une femelle de "Earl Norris", "Kelerak of Kobuk", sortie de l'accouplement frère/soeur de "Toro" avec "Helen". "Kelerak" accouplée avec "Apache Chief" produisit "Husky-Pak Eagle", le champion "Husky-Pak Echako", et le champion "Husky-Pak Erok". Ces croisements continuèrent à produire correctement, non seulement pour les Zoller, mais aussi pour d'autres éleveurs à travers le pays.



Après autant de succès, les Zoller décidèrent de se retirer des accouplements et des shows. Leur décision fût basée en large partie par le désir de garder seulement autant de chiens qu'ils pouvaient les garder confortablement comme animaux de compagnie.

Pendant que Robert et Laura Zoller étaient occupés à élever leurs chiens et leurs enfants, d'autres propriétaires de M'Loots suivirent leurs propres routes. Certains restèrent fidèles à la lignée originale, mais le succès des croisements de Zoller ne purent être ignorés. Quelques un répétèrent les croisements de Zoller entre Kotzebue et M'Loot, mais beaucoup préférèrent utiliser les chiens "Husky-Pak".

Robert Zoller et Cherokee - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska Robert Zoller et ses chiens au travail. - L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska


Librement traduit de l'anglais de l'excellent livre "The Alaskan Malamute - Yesterday and Today" de Barbara A. Brooks et Sherry E. Wallis, édition Alpine Blue Ribbon Books, Loveland, Colorado



L'histoire du Malamute d'Alaska - Les différents types - De la Coleen d'Urok - Le Malamute d'Alaska
Les différents types